Le Rock est un Culte (païen), retrouvez ses prophètes

Gillian Welch & David Rawlings, une histoire de couple

Mercredi dernier, Charlotte et moi sommes allés au concert de Gillian Welch et David Rawlings…

Non, je ne veux pas commencer comme ça. Je voudrais parler de Mathilde et Vincent. Oui, Mathilde et Vincent, nous écoutons Gillian Welch grâce à eux. En 2007, Charlotte et Mathilde ont commencé à chanter ensemble, Vincent et moi les avons rejoint assez rapidement. Nous avons monté un groupe de reprises, The Matelots. Mathilde nous a fait écouter Gillian Welch, une rencontre, un déclic. Petit à petit au travers de quelques reprises, nous sommes tombés amoureux de la musique de ce couple. Moi, je me suis rapproché de la folk et du Bluegrass

A l’époque, c’était:

  • Annabelle
  • By the mark
  • Everything is free

Vous ne connaissez probablement pas Gillian Welch et David Rawlings mais je vais essayer de vous les présenter. (Lire la suite…)

Ab'Fab, le 16 novembre 2011

Slash au Zenith, le live report

Je suis guitariste, inconditionnel de Slash et bien d’autres (Jimi Hendrix, Clapton, Knopfler, Nono, Sebastien Chouard, John Frusciante…). Alors, comme tout « fan » d’un musicien, je me suis rendu à son concert.

C’était le 12 juillet, un baptême du feu qui s’annonçait proustien, j’allais assister à mon premier live du guitar hero, j’avais loupé son passage à l’Elysée Montmartre et au Stade de France (en première partie de AC/DC). J’étais assez excité depuis plusieurs mois à l’idée de me rendre à ce show.
(Lire la suite…)

Ab'Fab, le 18 juillet 2011

Gainsbourg (vie héroïque) chez vous.

Amis lecteurs, j’ai une bonne nouvelle pour vous!

Vous aurez probablement remarqué, surtout si vous êtes parisien, que le temps n’est pas au beau fixe. Alors si vous n’osez pas vous aventurer dehors, de peur d’essuyer une averse, nous vous invitons à vous procurer le DVD du film « Gainsbourg (Vie héroïque) ». (Lire la suite…)

Ab'Fab, le 2 juin 2010

Gainsbourg (vie héroïque), un conte fantasmatique

Ca y est, c’est fait, je suis allé voir « Gainsbourg (vie héroïque) » de Joann Sfar et j’ai été particulièrement surpris. Surpris est le mot juste car pour être honnête, je m’y suis rendu avec un à priori très négatif. Cela fait des mois qu’on nous abreuve d’images furtives et de mots à propos de ce film. La promo faite autour de celui-ci m’a particulièrement gavée, j’en ai eu les dents du fond qui baignent. Pour moi, c’était le film parisien et bobo de l’année. La fascination des journalistes pour la ressemblance entre Serge Gainsbourg et Eric Elmosnino me semble encore plus ridicule après avoir vu le film.
La sur-médiatisation de ce film (ça n’est pas un cas isolé) empêcherait presque le public d’avoir un avis. Aujourd’hui, on nous dit quoi boire, manger, qui écouter, regarder et aimer.

Passons au point positif de cet article: le film.

A mes yeux, ce film est une réussite car il ne s’agit pas d’un biopic à proprement parler. Nous ne sommes pas dans le même registre que « La môme ». La volonté du réalisateur et scénariste Joann Sfar n’était pas de coller à la réalité de Gainsbourg mais à son fantasme permanent. La vie de Gainsbourg était en grande partie tournée vers les femmes et l’image qu’il pouvait donner d’elles et c’est à travers celles-ci que son fantasme s’exprimait. (Lire la suite…)

Ab'Fab, le 21 janvier 2010

Jacques Dutronc, un rêve de gosse

jacques-dutronc-tournee-2010

La semaine dernière, j’ai realisé un rêve de gosse: je suis allé voir Jacques Dutronc au Zenith.
En 1992, j’avais sollicité mon père afin que celui ci m’accompagne au Casino de Paris. Mais, malgré ma motivation et mon insistance, l’opération échoua. Mon amour pour l’homme au cigare frôlait l’obsession à tel point que certaines K7 ont fini par être avalées par la chaîne du paternel.

Alors, cette année, à l’annonce de son retour sur scène, j’ai décidé d’acheter deux places pour le  Zenith. Le spécimen étant d’un naturel contemplatif, oisif, j’ai sauté sur l’occasion. Effectivement, le « grand Jacques » se produit sur scène tous les vingt ans, en moyenne… il faut donc être attentif à ses rares mouvements.
A ce propos l’animal devait probablement avoir envie d’offrir des réfrigérateurs à tous ses amis pour trouver l’envie de remonter faire le zouave devant nous. Sa déclaration au Grand Journal pouvait aussi laisser songeur : « la prochaine fois, je serai probablement périmé. »Le cynisme du personnage m’a toujours fasciné; il se joue de la grande faucheuse en la narguant avec son verre de whisky et son gros cigare caché derrière ses lunettes d’aviateurs.

Nous voilà donc, le jour j,  installé confortablement au centre du Zenith dans les gradins: la vue est  imprenable. (Lire la suite…)

Ab'Fab, le 18 janvier 2010

Them Crooked Vultures: Rock’n Revival

On ne peut pas réduire le Rock à un style musical, c’est aussi une culture, un état d’esprit.

Them Crooked Vultures nous le démontrent bien à travers leur premier album éponyme. On sent, dès la première écoute, qu’ils ont travaillé leurs classiques.

Cet album est puissant, le travail autour du son et de la production a été rondement mené. On ressent l’influence des seventies, et certaines compositions (Scumbagblues, Reptile) peuvent rappeler certains titres de Cream (Jack Bruce, Ginger Baker, Eric « god » Clapton), d’autres peuvent avoir un côté Bowie (Warsaw or the first breath you take after youo give up).
Pour aller au bout de leur démarche, Josh Homme et Dave Grohl se sont adjoint les services de John Paul Jones: Le bassiste (multi-instrumentiste) de Led Zeppelin.

Effectivement, le Line up du groupe nous annonce la couleur. On sent que ces messieurs ne sont pas là pour enfiler des perles, mais pour faire sonner du ROCK.
Avant la sortie de leur galette, nos chers amis ont écumé de nombreux festivals, dont Rock en Seine. Dans le même temps, nous avons assisté au décès d’un groupe (Oasis) et à la naissance d’un autre (les petits poix alias TCV). (Lire la suite…)

Ab'Fab, le 18 janvier 2010