Le Rock est un Culte (païen), retrouvez ses prophètes

Qui a vu les Zombies ?

Ce week end marquait le retour des zombies au Sheperds’s Bush Empire après 40 ans d’absence pour marquer l’anniversaire de la sortie du disque parfait « Odessey and Oracle ».

Pour rappel ce disque était sorti entre Sgt Pepper des Beatles et Pet Sound des Beach Boys, et n’avait malgré la perfection, pas atteint la renommé de ces 2 albums. Un des premiers post de ce blog était consacré au sujet. Notez aussi que le Rock n Folk de ce mois-ci y consacre un très bon article bien plus complet.

« Odessey an Oracle » ne comporte aucun mauvais morceau, pas de « Within you Without you« , en quelque sorte…

Deux jours sont passés et encore aucune trace sur internet, de critiques, de vidéos pirates… Si vous avez déjà trouvé des trésors, je suis preneur !

The Zombies

Rémi, le 11 mars 2008

C’est ça l’esprit rock

Vous vouliez savoir ce que c’était le rock ? … c’est ça !

Rémi, le 18 février 2008

Little Wing par -M- & Lennon

Vous connaissiez surement le duo L’eclipse qu’avaient fait Mathieu Chedid avec le fils de John Lennon, Sean, mais vous étiez peut-être passé à côté de la reprise de Little Wing du grand Jimi Hendrix.

D’ailleurs il serait bien un de ces jours que je fasse un best-of des versions de ce titre d’anthologie du maitre.

En attendant voici celle de Mathieu Chedid, alias -M-, et de Sean Lennon.

Rémi, le 22 décembre 2007

Billy Preston père du son moderne

Billy PrestonMalgré que ce ne soit pas un « nom », c’est peut-être une des disparition qui m’a le plus marquée. Billy Preston a quitté ce monde le 6 Juin 2006. Et a laissé plus d’un orphelin.

On ne peut pas passer en revue l’exhaustivité de sa carrière, de sa vie. Né en 46, il accompagne au piano Ray Charles, Little Richard dès les années 50. Il rencontre alors les Beatles, alors débutants, et se lient d’amitié pour lui. En 69, il participe aux sessions d’enregistrement de Let It Be, et d’Abbey Road des Beatles essentiellement au clavier électrique. Le solo de Get Back, c’est lui…

Il faisait partie de ces personnalités qui méritaient d’être nommées « le cinquième Beatle ». John Lennon lui-même était favorable à son intégration dans le groupe en 1969.

Ca carrière ne s’arrete pas avec la séparation des Beatles, au contraire, il intervient aux cotés de John Lennon, George Harrisson, Eric Clapton, Peter Frampton, Joe Cocker, Bob Dylan, Sam Cooke, Elton John, et des Rolling Stones… et l’an passé avec les Red Hot Chili Pepper.

  • 20 albums solo
  • 10 albums de Gospels
  • Une cinquantaine de participation
  • 10 Films (parce qu’il était aussi acteur)
  • Billy Preston est décédé le jour du concert lyonnais des Red Hot Chili Peppers qu’il avait accompagné aux claviers sur le dernier album, Stadium Arcadium. Le chanteur Anthony Kiedis lui a rendu un hommage pendant le concert.
  • Miles Davis a intitulé une de ses chansons Billy Preston en son hommage.
  • Billy Preston est un des rares musiciens à avoir vu son nom apparaître sur une pochette d’un album des Beatles (tout comme Allan Civil).

Voici une chanson funky extraite de son œuvre solo et qui lui valu un Grammy Award en 1972, Outa-Space. Vous trouverez des milliers d’autres merveilles en parcourant sa discographie et vous en arriverez tous à la même conclusion, Billy Preston est un des pères du son de la musique moderne.

Rémi, le 18 novembre 2007

While My Guitar Gently Weeps

George HarrisonJe profite du 6 septembre pour vous parler d’une de mes chansons préférées des Beatles.

« While My Guitar Gently Weeps »

Elle n’est ni de Lennon, ni de McCartney mais de George Harrisson.
Et il aura fallu plusieurs tentatives d’enregistrements pour que les deux fortes têtes du groupe acceptent de faire figurer cette chanson dans un des albums.
La première version est acoustique et était destinée à l’album Revolver.
Mais c’est que 2 ans après et avec un solo de Eric Clapton (le 6 septembre 68) que les autres Beatles acceptent avec quelques réticences de l’ajouter à la track list du « Double Album » (le White album).

Encore beaucoup de questions subsistent autour de cette chanson :

  • Pourquoi est-ce qu’on entend George crier « Paul, oh Paul, oh Paul » à la fin de la chanson ?
  • Pourquoi les autres Beatles ne voulaient pas de cette chanson ?
  • Pourquoi le solo est joué par Clapton ? Certaines rumeurs disent que ce n’est pas la version de Eric qui aurait été pressée ? Je vous laisse seul juge…

Des idées ?

Ce titre figure à la 135ème place du classement des plus meilleures chansons de tous les temps de Rolling Stones. Perso je l’aurais bien vu dans le top 50 !

Il existe moult versions (Prince, Tom Petty, Toto, Peter Frampton) de cette chanson voici entre autre :

  • L’originale
  • L’acoustique
  • L’hommage de Clapton à son meilleur ami

Et une version terrible au Ukulélé de Jake Shimabukuro.

Je vous laisse apprécier.

Rémi, le 6 septembre 2007

Robert Johnson, grand-père du rock

Robert JohnsonLe 16 août est l’anniversaire du père du rock en le nom d’Elvis Presley, mais le 16Août est aussi l’anniversaire du grand-père du rock!

OUI ! Robert Johnson est décédé un 16 août 1938 ! Le hazard fait bien le chose tout de même !

Robert Johnson est celui qui a passé un pacte avec le diable pour poser les fondements du rock. La légende raconte même que le diable lui aurait arraché sa guitare, l’aurait accordé, joué quelques notes avant de la lui rendre et disparaître !

Durant sa courte carrière, Robert Johnson n’a laissé pas moins de 29 titres tous autant mythiques les uns que les autres! Sweet home Chicago (repris par les Blues Brothers), Travelling riverside blues (repris par Led Zeppelin), Love in vain (repris par les Rolling Stones), Walking blues, Malted Milk (repris par Eric Clapton sur l’album Unplugged) ainsi que Come on in my Kitchen (repris par Eric Clapton sur l’album Me and Mr Johnson et par Bob Brozman sur l’album A Truckload of Blues), Crossroads (repris par Cream), They’re red hot (repris par les Red Hot Chili Peppers), Stop Breakin’ Down Blues (repris par White Stripes) etc…

Notez qu’Eric Clapton lui a dédié deux albums complets dont le premier Me and Mr Johnson (en référence à la chanson de Johnson Me And The Devil) où il reprend nombre de chansons de son maître.

Robert JohnsonJohnson est fréquemment cité comme « le meilleur chanteur de blues de tous les temps » ou même comme le musicien le plus important du XXe siècle, cependant beaucoup d’auditeurs restent déçus à la première écoute de ses morceaux. Cette réaction est due à une relative méconnaissance de l’émotion brute et de la forme épurée du Delta blues ou tout simplement à cause de la qualité de l’enregistrement médiocre.

Ecoutez, ré-écoutez, et encore … vous finirez forcément les poils dressés aux garde-à-vous, envoûté par le diable !

Je comprends que le rock soit devenu une « musique satanique »… mais que c’est bon !

Rémi, le 16 août 2007